L'archéologie

5 Le rapport d'étude anthropologique

Un rapport d'étude anthropologique des ossements provenant de la chapelle de Pontgibaud a été réalisée par Anne-christel Besnard du laboratoire Européen d'Anthropologie. l'intérêt de cette étude était triple : son caractère rare en région Auvergne (Depierre & Fizelier-Sauget, 1989), privilégiée par la collaboration entre l'U.R.A.C. et l'anthropologue et par sa problématique : identifier et caractériser le contenu funéraire de la sépulture.  

Nous publions ici la conclusion de l'étude de Mmel BESNARD. L'ensemble de l'étude est publiée dans le rapport de l'intervention archéologique de l'U.R.A.C. sur le site en 1994.

"L'étude anthropologique a permis d'identifier environ 400 fragments d'os humains appartenant à 8 individus dans la sépulture de la chapelle de la chartreuse de Port Sainte Marie (Auvergne). L'état de conservation est variable, plutôt médiocre et tend à indiquer  une utilisation étalée dans le temps. La fouille peu scrupuleuse de 1974 rend difficilement vérifiable l'hypothèse de sépultures primaires parmi les secondaires (prélèvement des os  longs des membres). Le caveau a vraisemblablement servi d'ossuaire.·

L'appariement des différents segments anatomiques est quasi-impossible, limitant les observations paléodémographique: le recrutement des individus est majoritairement masculin, mais au moins une femme est présente. L'âge des individus est élevé, de plus de 40 ans. Le spectre paléodémographique indique des individus de statut social privilégié.

 La morphologie calcule une stature plutôt faible, d'lm65 et un degré d'évolution paléontologique de la transition du Moyen-Age avec les temps modernes. Ce résultat peut être mis en corrélation avec l'observation dentaire montrant une édentation généralisée dans le sens postéro-antérieur en rapport avec des conditions alimentaires rudimentaires (alimentation abrasive non cuite).

Le spectre paléopathologique indique des conditions de vie favorables, l'âge seul marquant son empreinte sur l'os ainsi que quelques traumatismes légers par accidents. II faut souligner la présence de deux trépanations post-mortem sur un crâne et les traces occipitales d'un sciage d'une calotte crânienne -leur caractère peut être rituel (momification permettant le transport du corps et/ou sa conservation! fabrication d'amulette crânienne) ou d'ordre médical (autopsie). Ces interventions laissent présager d'un soin particulier apporté aux deux défunts peut-être en rapport avec leur statut social."