L'ordre des chartreux

En 1084, Saint Bruno, originaire de Cologne après avoir été maître des écoles de théologie de Reims et avoir refusé la charge d'évêque de cette ville se retire avec six de ses compagnons dans le désert de Chartreuse près de Grenoble et fonde l'ordre des Chartreux. Il s’agissait pour eux d’associer la vie commune des moines à l’isolement de l’ermite. Lorsqu’il mourut en 1101, Saint Bruno ne laissa pas une règle mais des coutumes, les « Consuetudines ».

 Vers 1127, Dom Guigues cinquième prieur de la Grande Chartreuse compléta ces coutumes en rédigeant les règles de l’ordre cartusien appelées Coutumes qui constituent encore aujourd’hui l’essentiel des statuts cartusien.

La vie des Chartreux est la recherche d'un équilibre entre l'érémitisme (ermites) et le cénobitisme (en communauté). Elle est caractérisée par la solitude et le silence. Dès l’origine Saint Bruno, a su installer une juste proportion de vie solitaire et de vie commune. Ce mode de vie a nécessité une organisation nouvelle des bâtiments et donna naissance à une architecture propre.

Dès 1084, l’ordre cartusien est composé de deux groupes :

 - Les moines du cloître : ce sont les Pères qui sont tous prêtres ou appelés à le devenir. Au sein de leur monastère, les Pères partagent leur vie entre la solitude d'une maisonnette appelée cellule où ils dorment, mangent, travaillent et prient seuls, et des moments de vie commune a travers des offices chantés (messes, vêpres, matines…) lors d’un repas en commun  pris en silence au réfectoire le dimanche et d’une promenade hebdomadaire (le spaciement).

 Ils portent une robe de drap blanc, serrée avec une ceinture de cuir, et un scapulaire avec capuche du même drap, appelé Cuculle. A l'extérieur des limites des maisons, ils portent une chape noire avec capuchon pointu.

- Les frères : ce sont les frères laïcs. Ils s’attachent essentiellement aux travaux manuels nécessaires à l'entretien du couvent et à la subsistance matérielle des Pères. Ils participent également à une liturgie adaptée à leur état.

Ils sont répartis en deux catégories : 

  • Les frères convers qui ont un engagement monastique. Ils portent le même vêtement que les pères et ont portés la barbe jusqu’au milieu du XXème siècle.La vie des frères convers se partage entre temps de prière dans l’église et le travail à l’extérieur ou dans le cellier. Cet emploi du temps varient selon les époques de l’année : les temps de prières sont diminués pendant la grande activité agricole au printemps et en été.
  • Les frères donnés : Leur vie est la même que celle des convers même s’ils sont moins astreints au jeune et au lever de nuit. Leur habit est un peu diffèrent, il ne comporte pas par exemple de pans pour relier leur cuculle.

Le texte de la donation de Benoit Vial comme frère donné au couvent du Port Sainte Marie le 16 novembre 1759, nous donne quelques informations sur l'engagement et la vie de ces frères 

« A savoir, que ledit Vial vivra à l'avenir sans faire, avoir, n’y retenir aucun propre, sera contraint de vivre en commun, de résigner et -mettre entre les mains de son supérieur tout ce qu'Il aura en sa puissance toutes et quantes fois qu'il en sera requis, d'estre vray. obéissant et fidel au dit couvent, procurer  et aymer son bien et son honneur, ne tiendra point secret mais sera obligé de 'découvrir le domage et deshon­neur que l'on voudrait rendre auxdits Prieur et religieux du­ dit couvent, aux correction desquels et de l'Ordre il se sou­met totalement, et promet de rendre bon et fidel compte aux vénérables Père Prieur et officiers des choses qu'il aura eu en sa charge, toutes foi qu'il en sera aussy requis de leur part, de vivre en continence, sans jamais se pouvoir marier. Et la dite maison et couvent de ladite chartreuse sera tenue de pourvoir aux nécessités dudit Vial, et s'il était convaincu de n'avoir gardé continence, et qu'il eut manqué d'observer les les choses susdite on une d'icelles, ce que Dieu ne veuille permettre par sa sainte grâce, l'Ordre pourra rompre la pré­sente donation et obligation, sans que ledit Vial puisse demander aucun salaire ni récompense de son service ny pour le temp qu'il aura resté donné dans led. ordre. Lequel Vial sera habilliez de la façon des frères donnés et vivra re­ligieusement, et par ce moyen jouira des privilèges, indul­gences et libertés dudit Ordre, et aura le bènèfice de frère partout l'Ordre, s'il persévère louablement; récitera l'office  divin tout ainsy qu'il est contenu au livre des frères donnés, et qu'il a été apris et enseigné, se confessera et communira aux solemnités de Noël, Jeudy Saint, Pacques, Pentecote, Feste-Dieu, saint Bruno, à chaque premier dimanche de chaque mois de l'année I ; et bien qu'il puisse manger de la chair au temps et lieux convenable, selon la coutume des maisons où il demeurera, toutefois il ne pourra pas en man­ger dans le couvent, en donner et permettre en estre donné à personne, et s'abstiendra d'en manger en Avent, et les mer­credys de l'année, se comportera avec honneur et respect avec lesd. religieux, recevra de bon cœur les corrections et instructions qui luy seront faites par les supèrieurs, et ne pourra sortir des limittes de cette maison sans leur permission et licence, à tout quoy ledit Vial s'est volontairement soumis." ( A.Mioche)

L'Organisation de l'ordre

L'ordre des Chartreux est un ordre "Religieux Contemplatif à Voeux Solennels", chaque monastère est gouverné par un Prieur, élu au scrutin secret par la communauté des moines. En chartreuse, on ne parle donc pas d’abbaye mais de monastère. Chaque chartreuse dépend de la maison mère : la Grande Chartreuse. Le supérieur de l’ordre : Le Père Général  supervise avec le Chapitre Général la vie et l’organisation de l’ensemble des maisons. Chaque maison de Chartreux essaie autant que possible de vivre de revenus propres, dons, fermages de terres, forêts, vignes, artisanat.

Au cours des siècles les maisons de chartreux se développèrent. En 1675 on comptait 16 provinces dont 7 en France qui regroupaient trente-six maisons. A cette date, débute le priorat de Dom Innocent le Masson qui va marquer l’histoire de l’ordre. Il va tour à tour faire rédiger par Dom Le Vasseur "les Éphémérides" : biographies de certains religieux chartreux et par Dom Le Coulteux le soin d’écrire des Annales (histoire générale de l’ordre):"Annales ordinis Cartusiensis ab anno 1084 ad annum 1429".



Aujourd'hui, 

L’ordre compte,  269 moines. Ils sont répartis en seize maisons : trois en France, mais aussi en Espagne, en Italie, Angleterre, Allemagne, Suisse, Slovénie, États-Unis, Brésil, Argentine, Corée du Sud.

L’ordre compte également 62 moniales réparties en cinq maisons : deux en France, Italie, Corée du Sud, Espagne.

Pour en savoir plus 

Modifié le: vendredi 21 avril 2017, 00:24